Etudier la Bible pour en tirer du fruit 3/3

Par • 6 Juil, 2013 • Catégorie: Vérité


Par Ruben Archer Torrey (1856-1928)

Pasteur, enseignant et évangéliste Américain. Il a été directeur de l’Institut Biblique de Chicago (le Moody Bible Institute actuel), doyen de l’Institut Biblique de Los Angeles. Il est l’auteur de plus de quarante ouvrages.

 

Cinquième condition : être prêt à y obéir immédiatement.

L’apôtre Jacques a donné un bon conseil aux premiers chrétiens, et à nous, « Mettez en pratique la parole et ne vous contentez pas de l’écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements » (Jacques 1 : 22). Beaucoup de ceux qui étudient la Bible se trompent eux-mêmes de cette façon. Ils voient bien ce que le Bible enseigne, mais il ne suivent pas ces enseignements, et bientôt ils perdent la faculté de s’en rendre compte. Une vérité à laquelle on obéit amène à plus de vérité encore. Une vérité à laquelle on désobéit détruit la capacité à découvrir la vérité. Il ne faut pas se contenter d’une soumission vague, mais d’une obéissance spécifique et pratique à propos de chaque nouvelle Parole de Dieu que nous découvrons. Dans aucune autre situation, la loi suivante, « Car à celui qui a, il sera donné, et il aura encore plus ; mais à celui qui n’a rien, cela même qu’il a lui sera ôté « (Mat. 13 : 12) ne s’applique mieux et n’est à la fois aussi inévitable que dans le fait d’accepter ou de refuser la vérité qui est dans la Bible. Appliquez-la et vous en aurez plus. Refusez-la et vous perdrez tout. N’étudiez pas la Bible dans le simple but de satisfaire une curiosité intellectuelle, mais pour trouver comment vivre en plaisant à Dieu. Quoi que vous trouviez comme commandement dans la Bible, faites-le tout de suite. Tout ce que vous voyez de bon comme comportement dans un personnage biblique, cherchez à l’imiter. Au contraire, si vous constatez une erreur commise, cherchez dans votre propre vie si vous commettez aussi cette même erreur pour la corriger immédiatement. L’apôtre Jacques compare la Bible à un miroir (Jacques 1 : 23-24). Le finalité première d’un miroir, c’est de vous dire s’il y a quelque chose qui ne va pas dans votre apparence. Si c’est le cas, le miroir est utile pour corriger la chose. Servez-vous de la Bible de la même manière. Obéir à la vérité que vous connaissez déjà vous permettra de résoudre les mystères des versets que vous ne comprenez pas encore. Désobéir sciemment à ce que vous savez vous obscurcira complètement ce monde de la vérité. C’est là le secret de tout le scepticisme et des erreurs que nous voyons dans notre monde contemporain. Les hommes contemplent la vérité, mais ne la suivent pas, et d’un seul coup elle n’est plus là.

J’ai connu un jeune pasteur prometteur. Il faisait des progrès rapides dans la connaissance de la vérité. Il était très avancé sur un point en particulier quand l’orage a éclaté. Un jour, il dit à son épouse, c’est très bien de croire cela, mais il ne faut pas que nous en parlions de trop. Ils ont alors -du moins, lui- commencé à cacher leur témoignage. L’épouse est décédée, et lui a commencé à régresser. La Bible est devenue pour lui comme un livre scellé. Sa foi a reflué jusqu’au point où il a publiquement renié les vérités fondamentales de la Bible. Même les doctrines de l’immortalité semblaient lui échapper. Qu’y a t-il eu à l’origine de tout cela ? Une vérité qu’il avait pas vécue et une réaction de fuite. Aujourd’hui cet homme est admiré et applaudi par certains, mais la lumière a cédé la place aux ténèbres dans son âme.

Sixième condition : garder son âme d’enfant.

Dieu révèle ses vérités les plus profondes à de petits enfants. Il nous faut nous appliquer les paroles de Jésus. Je te suis reconnaissant, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et les as révélées aux enfants » (Mat. 11 : 25). Il nous faut être comme des enfants si nous voulons que Dieu nous révèle Ses vérités et si nous souhaitons comprendre Sa Parole. Un petit enfant ne s’appuie pas sur sa propre sagesse. Il sait reconnaître son ignorance et il est prêt à apprendre des autres. Il n’oppose pas ses propres jugements à ceux de ses enseignants. C’est dans cet état d’esprit que nous devrions aborder la Bible, si nous voulons tirer le plus de profit possible de notre étude.

N’abordez pas la Bible en étant plein de vos propres idées et en y cherchant leur confirmation. Cherchez-y plutôt celles de Dieu, telles qu’Il les y révèle. Ne venez pas chercher une confirmation de votre propre opinion mais pour être enseigné ce qu’il plaît à Dieu de vous apprendre. Si quelqu’un aborde la Bible juste pour y trouver la confirmation de ses idées, il les y trouvera peut-être; mais s’il reconnaît son ignorance, tout comme un petit enfant, il trouvera infiniment mieux que ses propres idées : la pensée même de Dieu ! Nous comprenons pourquoi beaucoup de gens ne voient pas les choses qui sont pourtant enseignées clairement dans la Bible. Ce qui y est enseigné n’est pas leurs idées, dont ils sont remplis à tel point qu’il ne reste plus de place pour ce que la Bible enseigne véritablement.

Nous avons une illustration de ceci avec les apôtres eux-mêmes, à un moment de leur parcours avec Christ. Dans Marc 9 : 31, nous lisons, il enseignait ses disciples et il leur disait: «Le Fils de l’homme sera livré entre les mains des hommes; ils le feront mourir et, trois jours après avoir été mis à mort, il ressuscitera ». Voilà qui est aussi simplement et clairement dit que le langage peut le permettre, mais c’était contraire à l’idée que les apôtres avaient de la mission de Christ. Aussi, lisons-nous au verset suivant, « Cependant, les disciples ne comprenaient pas cette parole ». N’est-ce pas étonnant ? Mais est-ce plus étonnant que notre propre incapacité à comprendre des déclarations simples dans la Bible quand elles vont à l’encontre de nos propres idées préconçues ?

Les problèmes que rencontrent beaucoup de chrétiens avec certains passages du Sermon sur la montagne disparaitraient si nous venions à Christ comme un petit enfant pour connaître ce qu’il faut croire et mettre en pratique, plutôt que comme des adultes établis qui savent déjà tout et qui cherchent certaines interprétations des paroles de Christ qui « collent » bien avec notre philosophie éprouvée et infaillible. Beaucoup de gens sont tellement remplis d’une théologie non-biblique qu’ils ont appris, qu’il leur faudrait toute une vie pour s’en débarrasser et comprendre l’enseignement limpide de la Bible.

Mais que veut bien dire ce verset ? » entend t-on bien souvent. Hé bien il signifie ce qu’il dit clairement ; mais ce que tu cherches n’est pas tant le sens que Dieu y a mis, que celui que tu voudrais en tirer, pour le faire correspondre à tes plans par un tour de passe-passe. Ne lis pas la Bible pour lui faire dire ce que tu voudrais, mais pour découvrir ce que Dieu a voulu lui faire dire. Les gens passent souvent à côté de la vérité contenue dans un verset en disant, « il faut interpréter ceci de cette manière ». C’est peut-être possible, mais est-ce bien ainsi que Dieu veut qu’on l’interprète ? Nous avons tous besoin de prier souvent si nous voulons tirer le meilleur parti de notre étude biblique : « Seigneur, fais de moi un petit enfant, élimine mes propres idées et enseigne-moi

 

 

Marqué comme: