Doutes ou certitudes sur Jésus Christ ?

Par • 1 Jan, 2012 • Catégorie: Vérité

> Les grandes religions ne disent pas les mêmes choses… Pourquoi ces divergences ? Toute vérité est-elle relative ? Au fond, qu’est-ce que la vérité ?… Jésus a dit: « Je suis la vérité et la vie. » (Evangile de Jean, chapitre14, verset 6 Bible du Semeur). « Comment un homme pouvait-il avancer une telle affirmation ?… »

Qui était Jésus ?… Un rabbin en mal de publicité ? Un mégalomane? Un doux rêveur ? Un illuminé ?

Un prophète respecté de beaucoup de Juifs de son temps, Jean le Baptiseur, témoigna en faveur de Jésus : « …Il vient après moi, mais je ne suis pas digne de dénouer la lanière de ses sandales… je l’atteste solennellement : cet homme est le Fils de Dieu » (Jean 1.27, 34 Bible du Semeur). Jésus n’a laissé aucun écrit, mais ses disciples ont gardé précieusement ses paroles. Les quatre évangiles rapportent la vie et les paroles de Jésus : ces textes datent du premier siècle. L’étude comparée des anciens manuscrits écarte toute possibilité de falsification de ces textes. La présence des témoins oculaires à l’époque de leur rédaction et de leur diffusion apporte une garantie supplémentaire.

[ … Des foules nombreuses vinrent auprès de lui et, avec elles, des paralysés, des aveugles, des sourds-muets, des estropiés et beaucoup d’autres malades. On les amena aux pieds de Jésus, et il les guérit. La foule s’émerveillait de voir les sourds-muets parler, les estropiés reprendre l’usage de leurs membres, les paralysés marcher, les aveugles retrouver la vue, et tous se mirent à chanter la gloire du Dieu d’Israël. ] (Matthieu 15.30-31 Bible du Semeur).

Attentif au sort des humbles, Jésus agissait avec justice et bonté. Il possédait une très grande connaissance de la Bible, il prêchait dans les synagogues, et même au Temple de Jérusalem. Il enseignait les foules avec une telle autorité, que les gardes du Temple reconnaissaient : « Personne n’a jamais parlé comme cet homme ! » (Jean 7 : 46 Bible du Semeur). Les évangiles nous rapportent également que Jésus pouvait maîtriser les forces de la nature :

[Un de ces jours-là, il monta dans un bateau avec ses disciples. Il leur dit: Passons sur l’autre rive du lac. Et ils partirent. Pendant qu’ils naviguaient, il s’endormit. Une bourrasque fondit sur le lac : le bateau se remplissait, ils étaient en danger. Ils vinrent le réveiller, en disant : Maître, maître, nous sommes perdus ! Réveillé, il rabroua le vent et les flots, qui s’apaisèrent ; le calme se fit. Puis il leur dit : Où est votre foi ? Saisis de crainte et d’étonnement, ils se disaient les uns aux autres : Qui est-il donc, celui-ci ? Il commande même aux vents et à l’eau, et ceux-ci lui obéissent]. (Luc 8.22.25 NBS).

 

> Quel sens donner à tous ces miracles ?

Il faut être conscient d’une chose : jamais un homme n’a accompli autant de miracles que Jésus… Sa manière d’agir n’était pas celle d’un magicien, d’un excentrique ou d’un charlatan. Mais les chefs d’Israël rejetèrent Jésus, et les conséquences pour le peuple juif furent catastrophiques. En 70, le pays fut dévasté par les armées romaines et le Temple de Jérusalem fut détruit. La guerre contre Rome se solda pour le peuple juif par un immense désastre. Jésus fut le seul à prédire ce désastre. Six siècles avant, les Juifs avaient connu la déportation à Babylone pendant près de soixante-dix ans. Cette fois, les Juifs connurent l’exil parmi les nations pendant environ dix-neuf siècles… Jésus pleura sur Jérusalem. Ses prédictions sur Jérusalem se réalisèrent à peine quarante ans plus tard… Le peuple d’Israël ne connut jamais d’autre prophète par la suite.

Vingt siècles plus tard, un choix radical s’impose à chacun d’entre nous : Faire confiance à Jésus ou choisir de l’ignorer… Jésus ne s’impose pas. Il m’invite à le suivre. Il me laisse libre de choisir. Devant Dieu, je suis responsable de ce choix…

 

> la crise des idéologies

Nous sommes contre le racisme, contre les idéologies qui incitent à la haine et à la violence, et contre tous les totalitarismes et fanatismes. Nous sommes attachés à la liberté d’opinion. Nous condamnons le terrorisme et la torture pour quelque cause que ce soit. La fin ne justifie pas les moyens.

Après deux terribles guerres mondiales, nos états européens semblent avoir compris où les avait mené l’ascension du nationalisme. En l’absence de démocratie, cette idéologie peut conduire les hommes à commettre les pires atrocités. L’histoire du fascisme et du nazisme en est la terrible illustration. L’histoire du communisme, quant-à elle, est riche d’enseignements. Parce qu’il a le souci des démunis, nos intellectuels éprouvaient de la sympathie pour le marxisme. Ils avaient applaudi la victoire des Khmers rouges. Plus tard, ce régime demanda à ses enseignants, à ses médecins et ses ingénieurs de revenir au pays, pour les envoyer au peloton d’exécution…

Vérité longtemps méconnue, l’idéologie marxiste a fait dans le monde plus de victimes que le nazisme. S’il est désormais admis que les responsables du parti communiste ont fait preuve d’un « monstrueux aveuglement », on peut s’étonner qu’un intellectuel comme Jean-Paul Sartre, maître à penser de toute une génération, n’ait pas dénoncé clairement cette idéologie… Où est l’homme nouveau promis par ces idéologies ? L’utopie humaniste a malheureusement montré ses limites. La crise des idéologies et la désagrégation des repères traditionnels suscitent beaucoup de désarroi et d’interrogations pour l’avenir. Sous toutes les latitudes, la corruption mine la démocratie et l’absence de démocratie véritable reste un frein aux progrès sociaux. Les grandes idéologies des 19ème et 20ème siècles et leurs courants philosophiques ont conduit à de grandes désillusions…

Notre Eglise est rattachée à la Fédération Protestante de France et associée au CNEF. Nos Eglises sont héritières de la Réforme protestante du 16ème siècle, avec les Réformateurs Martin Luther, Jean Calvin et d’autres. Elles représentent différents courants du protestantisme qui est l’une des grandes familles du christianisme. La principale affirmation des protestants est le salut de l’homme par la grâce de Dieu, par la foi seule. Par ailleurs, nous reconnaissons la Bible comme seule autorité en matière de foi.

Jésus a laissé un message très important pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui. Nous souhaitons que tous puissent découvrir ce message, se forger une opinion et disposer d’une réelle liberté de choix pour exprimer leurs convictions.

Jannick CORBEAU

 

 

Marqué comme: