Découvrir la Vérité

Par • 3 Oct, 2012 • Catégorie: Vérité

> Le mystère de la vie.

Avec ses millions d’espèces animales et végétales, notre planète abrite des écosystèmes d’une prodigieuse diversité. Le hasard est-il vraiment à l’origine de la vie et de l’apparition des espèces ?

Ce qui distingue la matière vivante de la matière inerte, c’est son haut degré d’organisation. La matière inerte peut-elle d’elle-même acquérir ce niveau élevé d’organisation ? Dans le débat que suscite cette question, on trouve davantage d’à priori philosophiques que d’arguments scientifiques. Les molécules complexes supposées être à l’origine de la vie nécessitent pour être synthétisées des techniques de laboratoire sophistiquées et beaucoup d’entre elles sont fragiles et instables.

Il faut beaucoup de foi pour croire que des molécules complexes, très différentes les unes des autres et instables auraient pu se rassembler par un pur effet du hasard et « coopérer » pour former la première cellule vivante. Survient un problème de fond : l’information peut-elle émerger de façon aléatoire du désordre ?

L’apparition d’un nouvel organe, d’une nouvelle fonction, d’une nouvelle espèce vivante nécessite l’apparition de gènes nouveaux fonctionnant en synergie. Ces modifications chromosomiques doivent apparaître chez un mâle et une femelle pour se transmettre. On a découvert que les gènes des chromosomes fonctionnent en réseaux d’une grande complexité, ce qui suggère une finalité. La « Nature » serait-elle intelligente ? Disposerait-t-elle de la capacité de penser ? Comment expliquer la beauté de la nature ? De la même manière qu’une œuvre d’art révèle le talent d’un auteur, l’harmonie des formes et des couleurs dans la nature suggère la présence d’une Intelligence créatrice.

 

> Le sens profond des choses.

D’où vient l’Univers ? D’où vient qu’il y a un Univers ?Qu’est-ce qui détermine le réel ? Qu’est-ce que le temps? On sait aujourd’hui que la matière peut se transformer en énergie, que l’énergie peut se transformer en matière et en antimatière, que la matière ne constitue que 4 % de la masse de l’Univers et que les 96 % restants sont de nature inconnue. La Relativité nous indique que nous sommes un espace-temps à 4 dimensions et que la  gravitation est capable de courber l’espace-temps. Le temps est une quatrième dimension de l’univers…

«Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Et pourquoi ce qui existe est ainsi et non autrement ?… »  S’interrogeait déjà en son temps le philosophe mathématicien Leibniz. La réalité paraît aujourd’hui beaucoup plus complexe que le monde scientifique n’osait l’imaginer. Plus étrange, dans son  immense complexité, l’ Univers est cohérent et intelligible : des atomes aux galaxies la nature obéit à des constantes universelles et des lois mathématiques particulières… Pour Einstein, cet ordre de la matière suggérait l’existence d’« un esprit infiniment supérieur ».Les astrophysiciens ont découvert que l’Univers est en expansion, une expansion qui semble irréversible.

Les données scientifiques actuelles semblent indiquer un début à l’Univers. Ces notions vont à l’encontre des conceptions cosmologiques athées  du XIX e  et de la première moitié du XX e siècle.Plus étonnant, les lois de la physique sont invariables par rapport au temps. Le temps n’a pas de prise sur elles. Elles sont en quelque sorte intemporelles. Ce sont ces lois intangibles qui orchestrent l’univers. Il faut avoir conscience  que ces équations et ces constructions mathématiques complexes qui régissent la physique actuelle sont là depuis la naissance de l’Univers.

Or, la permanence et l’invariance de ces lois physiques universelles suscitent des questions vertigineuses. Sont-elles plus anciennes que l’Univers ?  Sont-elles « hors du monde », présentes bien avant tout chose ? D’où viennent-elles ? Ont-elles surgi du néant ? … Et d’où viennent ces constantes fondamentales de la physique qui ont permis l’existence de la vie sur terre ? Notre existence, en tant qu’espèce pensante, impose des contraintes sur les propriétés de l’Univers dès l’origine. Pourquoi un tel ajustement des constantes de la physique ?

Ces données conduisent à imaginer une Intelligence transcendante, hors de l’espace et du temps… Où se cache cette Intelligence créatrice d’une puissance absolument inimaginable ?… Un livre très ancien, la Bible, révèle qui a créé les immensités cosmiques et leurs milliards de galaxies :

Dieu est d’une autre nature que l’Univers. Il échappe à toute représentation que pourrait s’en faire l’esprit humain. Dieu n’est pas une force mystérieuse, mais une personne. Il est le Dieu de Galilée, de Kepler, de Pascal et de Newton. Il est le fondement de toute chose.

 

Pourquoi tant de religions et de systèmes philosophiques ? Qui croire ?

La vérité est difficile à cerner. Elle est comme cachée. Je peux être certain d’une chose, et me tromper… La sincérité ne prouve rien. L’enthousiasme ou l’effervescence religieuse ne prouvent rien. Un point de vue majoritaire n’a pas forcément raison. La conviction n’est pas un critère de vérité. Descartes avait bien vu le problème, mais sa méthode pour le résoudre présentait des failles. Les discours de la raison eux-mêmes ne sont pas fiables : ils s’appuient sur des présupposés philosophiques ou idéologiques qui sont sources d’ erreurs.

 

Comment alors démêler le vrai du faux?

« C’est moi qui suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » dit Jésus. (évangile de Jean, chapitre 8, verset 12 NBS)

 Comment savoir si ces paroles sont authentiques? Peut-on se  fier aux écrits de la Bible ?

Jésus de Nazareth n’a laissé aucun écrit, mais ses disciples ont gardé précieusement ses paroles. Les quatre évangiles relatent la vie et les paroles de Jésus : ils datent du premier siècle de l’ère chrétienne. Les textes originaux ont disparu avec le temps. Nous n’avons que des copies anciennes écrites en grec. Mais, nous possédons des milliers de manuscrits ou de fragments de manuscrits dont certains remontent au deuxième siècle. Toute tentative de modifier les textes d’origine au premier siècle ou dans les siècles suivants conduira inévitablement à l’apparition par la suite de variantes dans les manuscrits. On constate bien quelques variantes dans les manuscrits, mais de petites variantes sans conséquences.

En analysant et en comparant tous les manuscrits en provenance d’Orient et d’Occident, les experts des textes anciens ont pu reconstituer les textes d’origine avec une fiabilité qui approche les 99,9%. L’étude comparée des anciens manuscrits permet d’écarter l’hypothèse de documents déformés ou falsifiés. La présence de témoins oculaires à l’époque de leur rédaction et de leur première diffusion apporte une garantie supplémentaire.

D’autre part, les écrits de Paul vont fixer, dès la seconde moitié du premier siècle, les enseignements fondamentaux du christianisme. Tous ces manuscrits anciens, sans aucune exception, rapportent que Jésus a accompli de très grands miracles. Personne d’autre que Jésus n’a jamais accompli de tels miracles… Quel sens donner à ces signes miraculeux? Jésus a clairement laissé entendre qu’il était plus qu’un prophète :

« Celui qui écoute ce que je dis et qui place sa confiance dans le Père qui m’a envoyé, possède, dès à présent, la vie éternelle, et il ne sera pas condamné… telle est la volonté de mon Père : que tous ceux qui tournent leurs regard vers le Fils et croient en lui possèdent la vie éternelle, et moi, je les ressusciterai au dernier jour.

… comment pouvez-vous m’accuser de blasphème parce que j’ai dit : je suis le Fils de Dieu, quand c’est le Père qui m’a consacré et envoyé dans le monde ?… ( évangile de Jean .5.24, 6.40, 10.36 Bible Semeur) Jésus a prétendu être beaucoup plus qu’un prophète. Ce fut le principal motif de sa condamnation à mort…

 

Ma vie est-elle un voyage vers l’illusion ?

Suis-je prêt à accepter que ce que je crois et la réalité sont différents ? J’ai le choix entre plusieurs conceptions du monde. Une seule est la bonne. La vérité, par définition, est nécessairement une, universelle et éternelle (Platon).

En me fiant aux apparences, j’ai une forte probabilité de me tromper…

Marqué comme: